Réseaux sociaux: 24 heures, un seul corps, une vie

 

Les réseaux  sociaux et  nos téléphones, dans la période que nous vivons, nous donne l’illusion d’ être ici et ailleurs, en connexion avec des milliers de gens, nous avons tendance à perdre le sens de ce qui constitue notre vie, la notion d’expérience réelle et sensorielle. Sans compter le piège de la comparaison, de la dévalorisation, de la frustration qui sont l’équation pour nous mener à l’inaction, la dépression et le désamour de nous même.

Nous confondons vivre le lien et entretenir une illusion de lien coincée sur notre canapé, et quand  nous levons la tête de nos écrans, constater une absence de chaleur humaine, de vrai soutien quand les mauvaises surprises de la vie s’abattent sur nous et qu’elles nous touchent dans notre chair.

Nous devenons incapables de choix et d’engagements, persuadés de pouvoir être partout à la fois et finalement nous ne sommes nulles part.

Les êtres réels qui nous entourent deviennent encombrants. Ils nous empêchent de nous shooter à cette immensité de possibilités.

Les possibilités infinies, les vies infinies sont une illusion pour une simple raison c’est que la vie n’a de réalité que par le corps, que celui n’est localisé qu’à un seul endroit et que notre temps est limité sur cette terre.

La richesse d’une vie passe par une capacité à s’impliquer, à se passionner et non pas à survoler d’intérêt en intérêt qui n’aboutissent finalement à aucune matérialisation, réalisation, concrétisation. Seulement à des images, des likes, du vide.

C’est comme prendre des shoots de messages positifs, de messages spirituels, sans jamais les incarner dans notre vie. C’est un état de manque perpétuel que nous créons et nous partons en quête de toujours plus, sans entrée dans l’expérience,  l’intégration, la mise en oeuvre.

Loin de moi de moraliser sur le sujet, je suis moi même férue de technologie, mais franchement mes souvenirs ne sont pas virtuels, ce qui marque mon cœur et mon âme, ce sont les moments passés physiquement dans une vraie complicité avec les autres.

La vie c’est ce que nous donnons, pas ce que nous prenons, ingurgitons au détour de nos écrans.

Se rappeler que nous avons un corps, 24 h, une vie, nous permet de choisir avec qui nous voulons partager ces biens si précieux et ce que nous avons envie de ressentir avec nos sens. C’est aussi la meilleure boussole pour savoir quelle direction nous entendons donnés à nos vies et le sens que nous lui donnons ( avant tout pour nous et ceux qui comptent, avant d’être une vitrine pour les autres..)

Juste un petit article, pour allumer une lumière de vigilance.

Et vous où en êtes vous de vos liens avec vos proches?

Allez vous au bout de vos intérêts?

Accordez-vous plus d’intérêts au monde filtré d’Instagram qu’à votre vie “imparfaite”?

Avez-vous cette tendance à évaluer votre vie avec ces images?

Votre vraie vie vous agace t elle?

 

Un bilan honnête avec vous même pour retrouver le goût de votre vie et la joie qui va avec.

 

Share

2 réponses sur “Réseaux sociaux: 24 heures, un seul corps, une vie”

  1. Merci pour cet article: j’ai vécu une période où je me suis nourrie de beaucoup de webinaires, de lectures, de vidéos et bien que très intéressantes j’ai réalisé que 1/ j’avais tendance à partir à droite à gauche et à agir plus en dilettante qu’avec une visée précise et 2/ de ne pas acter ensuite dans mon quotidien…ça c’est fait ;)!

    1. Oui et les propositions sont nombreuses ..Du coup on peut rester un éternel débutant alors que l’idée c’est d’arriver à une forme de maîtrise dans ce qui nous tient à cœur
      Il est important de connaître son objectif dans toutes nos démarches, de connaître nos priorités et d’avancer.
      Sans oublier de laisser la place au plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *